baguette

 

Magie de la baguette, matière versatile,

Durcissant, mollissant sans raison apparente,

Baguette à l’écorce blonde et aux idées nubiles,

En reste d’un repas, pris dans la soupente.

 

Vieille baguette oubliée, rongée par les souris,

Magie noire au café, et si blanche en ton cœur !

Tu es née, ingénue, d’une rue de Paris

Et tu conquis le monde, par ta douce candeur.

 

Baguette dont je m’empare, d’une main fébrile.

Tu crées des souvenirs aux déjeuners d’antan.

Si ma mémoire s’oublie, légère et versatile,

Ta simple odeur rappelle les souvenirs au temps.

 

Dans des mains expertes, tu te lèves à la nuit,

Travaillant en secrets, aux plus profondes alcôves.

Et la magie opère, quand le matin grandit,

Et que l’obscurité cède au plus profond des mauves.

 

Je te vénère enfin, craquante et si légère

Baguette parisienne d’un pain blanc au levain,

Tapissée de beurre et d’oranges amères

Tu te brises à la dent, dans un plaisir divin…

 

Pierre-Jean BARANGER – Août 2012 – Tous droits réservés

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×