LA CREATURE

L’homme regardait les mots au garde à vous sur la page avec satisfaction.

Une page blanche couverte de ces petits soldats, était devenue sa créature.

C’est du moins, ce qu’il croyait. Car il pensait en noir et blanc, avec orgueil.

En noir comme l’encre, en blanc comme la lumière se réfléchissant sur la feuille.

Mais la créature un jour s’est révoltée !

Certains disent que ce moment arriva à la mise sous presse

A l’édition en tout cas, elle se multiplia, se diffusa au travers du monde,

Elle fut traduite en plusieurs langues.

Et elle racontait une histoire différente à chacun,

Dès que l’on ouvrait la première page.

Et son auteur criait, tempêtait, hurlait qu’elle racontait n’importe quoi,

Que ce n’était pas ça qu’il voulait dire !

Il lui intima l’ordre de reprendre le droit chemin, de dompter les petits mots

Comme de bons et loyaux petits soldats mais il était bien trop tard.

Le mal était fait !

Et de créature qu’elle était au départ, elle évolua, se transforma, changea d’aspect.

Elle devint création.

Et l’auteur ne put que se plier à la raison, ou à la déraison, c’est selon.

Car tout n’est qu’une histoire de compréhension. Nul ne voit les mêmes lumières au matin

Nul ne lit de la même manière et l’auteur… ah ! L’auteur…

Il apprend chaque jour.

Il doit accepter et c’est tout !

 

Pierre-Jean BARANGER – juin 2014 – Tous droits réservés.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×