la presse en parle

au-bord-des-mots.pdf au-bord-des-mots.pdf  un petit article de la presse locale, relatif à la parution de mon recueil de nouvelles : "Au Bord des Mots"...

 

INTERVIEW POUR RCF EMAIL LIMOUSIN : Bon sang ! J'ai vraiment eu l'impression de raconter n'importe quoi. Vous savez, l'impression de nager dans une piscine emplie de saumure épaisse. On lâche des phrases, qui s'empilent, s'embourbent dans des marigots où les mots s'enfoncent doucement. Et puis, c'est des répétitions, des lapsus, des erreurs. Un travail d'interprétation qui devient, au fur et à mesure, une improvisation surprenante. Bon, j'espère que le message est, malgré tout, passé. Comme quoi, il est plus facile d'écrire, que de parler dans un micro. L'important, c'est que les auditeurs aient repéré les mots clés...

Centre France :

Quel plaisir lorsque un journaliste accepte de vous interroger sur ce que vous avez écrit, sur votre premier ouvrage, ou plutôt ce que vous êtes, ce que vous avez voulu faire passer à l'intérieur de ces quelques pages... Jean-François JULIEN, me reçoit un matin, pour que je lui confie un exemplaire de mon premier ouvrage, "le Livre Interdit". Il le feuillette, nous parlons de choses et d'autres, de la vie, du "pourquoi écrire", il prend des notes. Je m'attendais à un entretien moins convivial, plus formel. Ce professionnel de l'information sait comment faire pour mettre à l'aise celui qui est devant lui, surtout si c'est la première fois !

Au bout d'une heure passée à la vitesse de l'éclair, nous nous sommes séparés. Il a gardé le "Livre Interdit" en me promettant de le lire. C'était, pour moi, déjà un premier pas. Je ne savais pas si mes réponses avaient été correctes, si j'avais réussi à faire passer un peu de ma passion, ce qu'il en pensait. Il n'a rien dit à ce sujet. C'est au travers de l'article que je vous mets en lien que j'ai découvert, en même temps de tous les lecteurs potentiels, ce que Jean-François JULIEN pensait de mon enfant de papier...

EDITER UN LIVRE :

 Faire éditer un livre est déjà une victoire. Entrer dans la démarche de la communication pour le faire connaître, en est une autre ! Les Editions Persée ont fait un travail, à mon avis trop ponctuel, pour pouvoir intéresser les différents libraires sur le plan national. Il est évident que la mise de fonds aurait été, certainement, trop importante pour la maison d'édition. Tout le temps est-il que j'ai pris mon bâton de pèlerin pour me "vendre" dans les librairies locales. Je savais que j'étais, déjà, sur les sites internet de la FNAC, d'Amazon, d'Alapage. Mais je crois que, pour distribuer des livres, rien ne vaut un véritable libraire.

Je suis allé vers "Pages et Plumes", bien connue sur la place de la bonne ville de Limoges. C'est tout d'abord David qui m'a reçu, puis m'a présenté à Maud DUBARRY, responsable du magasin. J'ai bénéficié d'un accueil bien au-delà de mes attentes ! Leur patience, leur passion du livre, leur capacité d'écoute, m'ont permis d'exister dans ce monde si particulier qu'est, de tout temps, la librairie : En fait, ce sont des professionnels, passionnés. Au travers des expériences et des contacts que j'ai eu avec d'autres structures que je ne citerai pas ici, j'ai vite compris, que si je n'avais pas un "best-seller" entre les mains, ce n'était pas la peine d'insister ! Mais, oserais-je me faire mon propre avocat pour dire que, lorsque un auteur débute, il ne possède pas forcément la carte de visite nécessaire pour une reconnaissance et un engouement à la hauteur des espérances de ces vendeurs de livres... Simplement des vendeurs...

Puis est venu le temps d'une dédicace où, ici aussi, c'est la librairie "Pages et Plumes" qui me l'a proposé. Une expérience inoubliable ! Non seulement j'étais au contact d'éventuels lecteurs, mais je pouvais comprendre comment les gens qui fréquentent ce lieu, se comportent. En fait, ils viennent là pour choisir un ami, pour tenter l'aventure, pour risquer l'enchantement... ou accepter,parfois, la déception. Nombreux sont ceux qui prennent le temps... J'ai énormément appris. Mais revenons au contact humain : ce n'est jamais la même chose. Une femme, un homme, un jeune, un vieux, des inconnus... qui ne le sont plus vraiment, après ce court instant où nous devisons devant ce que je leur propose. Vivement la prochaine ! Je suis tellement avide de dialogue, de débat.

Dans la semaine suivant cette dédicace, Maud DUBARRY m'a proposé une place sur le Salon du Livre de Limoges 2010. J'ai eu le souffle coupé. J'allais, enfin, passer "de l'autre côté", franchir la frontière, savoir... Je n'ai pas regretté ce moment. Non seulement j'ai connu la joie de nouvelles dédicaces, bénéficié le soir d'une persistance rétinienne de ces centaines de visages regardé pendant la journée, mais j'ai aussi pu côtoyer le monde des auteurs... Certains géniaux, d'autres d'accès facile, sympathiques, d'autres moins... Il faut de tout pour faire un monde. J'oubliais : j'ai donné plus de 600 poèmes ; histoire de faire connaître mes rimes...

A bientôt pour de nouvelles aventures.

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 23/05/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×