LAGUNE

LAGUNE

Espace livré aux danses des nuages

Qui se mirent sur l’espace des vastes étangs.

Echassiers surprenants en chasse saccadée,

Chants aquatiques qui s’éveillent au matin

Et ne dorment jamais.

J’aime ton esprit, lagune immobile !

Qui offre son corps au vent, presque langoureusement.

J’aime les linaigrettes, les orchis lancéolés

Où se cachent des concerts intimes,

Des nids de couvaison en duvet d’Eider.

J’aime ton espace, lagune immobile !

Lorsque je laisse au loin mes habitudes

Mes scories citadines et mes souliers cirés.

Je trouve mes promenades erratiques

Je cherche le nord au sud et le haut en bas

Car le ciel se mire en toi

Car tu t’exposes au ciel,

Oubliant des secrets qui se perdent au sel

Retrouvant des trésors

Lorsque le temps chancelle,

Lorsque j’inspire un peu.

Et le vent m’emporte au milieu de toi,

Et je frémis délicieusement,

Langoureusement,

A la manière de la lagune

Où je me perds…

Pierre-Jean BARANGER – Août 2013 – Tous droits réservés

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site