sans aucun doute une histoire d'amour

Celle qui lit.

Je t’aime, toi qui lis par gourmandise,

Toi qui choisis ton ouvrage avec bonheur.

J’aime tes mains de caresses, divine marquise,

Je me livre tout entier, au fil de tes heures.

 

Je t’attends, au coin d’une chaise en ta chambre,

Je m’éternise, délaissé sur le bord d’une table.

Tu viendras au soir, tes mains en conque d’ambre,

Me recueillir et me lire, de tes songes le retable.

 

Je supporte tes graffitis sur ma peau, et tu souris

En lisant ce que tu tatoues entre mes lignes.

Tu gardes, dans ta mémoire, une sentence tarie

Qui parle d’un homme que tu jugeais indigne.

 

Tu me serres contre toi, j’entends ta nostalgie,

Quand tu m’éloignes de tes yeux, un si court instant.

Simplement j’ai touché ton cœur, comme par magie,

Et je te murmure des mots, tout doucement.

 

Quand tu fermes ma dernière page, en soupirant,

Je sais que mon amour n’est pas resté vain.

J’ai une place, sur l’étagère, près d’un roman.

Plus tard, dis-moi, reviendrai-je entre tes mains ?

14 votes. Moyenne 4.93 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×