Un rêve…

 J’aurais pu t’emmener vers les Hautes-Roches,

Voir les quatre vents épouser la terre,

Toucher du doigt les nuages qui s’accrochent

Aux flancs des montagnes, aux profils austères.

Mais tu n’es pas venue.

 

Je t’aurais donné le secret des belles valérianes

Des gentianes et des grandes centaurées.

Je t’aurais confié le rire qui jamais ne se fane

Les ombres des ubacs, glissant à l’adret.

Mais tu n’es pas venue.

 

Il est des jours où le bleu se mélange au rose,

Même la pluie fait naître des odeurs.

Un châle de brume, sur mes épaules se pose,

Et je confonds les gouttes d’eau et mes pleurs.

Car tu n’es pas venue.

 

J’avais tellement de chemins à partager,

Tellement de lumières rouges, jaunes et lilas

Que je t’aurais confié, comme on donne un secret,

Mais tu n’es jamais venue, simplement, voilà…

8 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×